A:
Abri public : Généralement une école publique ou autre structure semblable désignée par les responsables locaux pour servir de refuge.

Accostage de l’oeil de l’ouragan : Lorsque l’oeil, ou le centre physique de l’ouragan, atteint la côte depuis l’approche de l’ouragan au-dessus de la mer.

Avertissement aux petites embarcations : Avertissement de vents de 20 à 33 noeuds ou d’états de la mer prévus ou en cours considérés comme dangereux pour les petites embarcations dans les eaux côtières.

Alerte 1: Ouragan ou tempête tropicale possible dans les prochaines 36 heures.

Alerte 2 : Ouragan ou tempête tropicale se dirigeant rapidement sur l'île, rejoindre les habitations et abris sans délai.

Alerte 2 renforcée : (Phase de mise en confinement) les effets du cyclone commencent à être ressentis sur tout ou partie du département. Les conditions météorologiques étant très dangereuses, il est interdit de se déplacer et de circuler.

Alerte 3 : Fin de passage du phénomène, déclenchement des secours, déplacements autorisés a proximité des habitations.

Anticyclone : Zone ou la pression atmosphérique est supérieure à la moyenne (1015 Hpa) et autour de laquelle le flux d'air tourne dans le sens des aiguilles d'une montre pour l'hémisphère nord. L'océan Atlantique compte certaines zones plus propices au developpement des anticyclones, Les Açores et  les Bermudes. Un anticyclone est souvent caractérisé par un temps beau et stable. 

Atmosphère : CEnveloppe de gaz qui entoure le globe terrestre. L'atmosphère est constituée de plusieurs couches concentriques qui se superposent depuis le sol jusqu'à  l'espace.

1 - La Troposphère s'étend du sol jusqu'à environ 12 Km d'altitude. C'est dans cette couche qu'est concentré l'essentiel des gaz et des phénomènes nuageux. La température decroit au fur et à mesure que l'altitude s'élève pour atteindre environ -65°C à 12000 mètres.

2 - La Stratosphère s'étend de 12 Km à 50 Km d'altitude. Les gaz y sont 10 fois moins denses que dans la troposphère et la température croit avec l'altitude pour atteindre 0°C à 50000 mètres.

3 - La Mésosphère s'étend de 50 Km à 80 Km d'altitude.La température s'abaisse de nouveau pour atteindre -80°C à 80000 mètres.

4 - La Thermosphère s'étend de 80 Km à 500 Km d'altitude. La température peut atteindre plusieur centaines de degrés au dessus de zéro.

5 - L'Exosphère au dela de 500 Km marque la limite progressive de l'atmosphère ou les perticules de gaz s'échappent de l'attraction terrestre.

Avis : les avis sont des messages officiels émis toutes les six heures à propos des tempêtes tropicales et des ouragans. Ils contiennent des renseignements sur le lieu où se trouve la tempête, son intensité, sa direction et les précautions à prendre.

Avis de coups de vent : vents soutenus de 39-54 milles à l’heure (de 62,75 à 86,88 km/h) (ou de 34-47 noeuds), prévus ou en cours. Nota : les avis de coups de vent ne sont normalement pas émis pendant un cyclone tropical.

B:
Beaufort (échelle de) : Etablie en 1806 par le capitaine Sir Francis Beaufort. Echelle de classification de l'état de la mer en fonction de la vitesse du vent, graduée de 0 à 12, de «calme» (1 km/h) à «ouragan» (au-delà de 118 km/h). Le cyclone correspond à la graduation la plus élevée.

C:
Condensation : La condensation est le passage de l'air de l'état gazeux à l'état liquide. C'est une libération de chaleur sous forme d'eau (la pluie) qui s'accompagne de la formation de nuages.

Convection : Colonne d'air chaud vertical provoquée par l'accroissement localisé de la température du sol durant la journée. C'est le phénomène qui est à l'origine des cumulus.

Coriolis (force de) : Du nom d'un ingénieur et mathématicien français, Gustave Coriolis (1792-1843). C'est la vitesse de rotation de la terre qui dévie les fluides en mouvement vers la droite dans l'hémisphère Nord et vers la gauche dans l'hémisphère sud. La force de Coriolis est nulle à l’équateur. C'est cette force qui détermine le sens de rotation du tourbillon d'eau qui se forme lorsque vous videz votre baignoire!.

Cumulonimbus : Nuage des hautes strates de l'atmosphère, gorgé d'eau, dont la formation précède les orages et les tempêtes. Leur ascension s’effectue à la vitesse de 40 mètres/seconde.

Cyclogénèse : Littéralement «la naissance du cyclone», Conditions menant à la formation et à l'intensification d'un cyclone:

    1 - La température de l'océan, d'au moins 26°C sur 60 mètres d’épaisseur.
    2 - L'existence d'une zone dépressionnaire (un orage);
    3 - La force de Coriolis;
    4 - La stabilité de l'écoulement des vents en altitude et des mouvements d'air ascendants qui vont se refroidir et former des nuages

Cyclone tropical : Perturbation atmosphérique tropicale intense à coeur chaud caractérisée par une chute importante de la pression atmosphérique, des développements nuageux très importants organisés autour d'un centre et par des vents très violents tournant dans le sens des aiguilles d'une montre, dans l’hémisphère sud, et en sens inverse, dans l'hémisphère nord.

Cyclone extra-tropical : Zone de basse pression issue d'une tempête tropicale ou d'un ouragan se transformant et continuant sa trajectoire au dessus du 40° de latitude Nord.

D:
Demi cercle dangereux à la navigation : C'est la zone du cyclone située à la droite de sa trajectoire dans l'hémisphère nord (et inversement dans l'hémisphère sud). Les vents y sont plus violents et la mer la plus déchaînée. Cette zone est fuie par les marins car il est dangereux d'y naviguer. Les courants entraînent les bateaux vers le mur du cyclone.

Dépression : Zone où la pression est inférieure à la moyenne (<1010 Hpa) et autour de laquelle les masses d'air tournent dans le sens inverse des aiguilles d 'une montre dans l'hemisphère nord. Une dépression est en général associée à du mauvais temps 

Dépression tropicale : Zone de basse pression tourbillonaire à coeur chaud située en zone tropicale avec des vents au sol d’une vitesse soutenue de moins de 63 km/h.

Dorsale : Zone prolongeant un anticyclone caratérisée par une ligne étroite de hautes pressions

E:
Echelle Saffir-Simpson : échelle utilisée pour donner aux responsables de la protection publique une idée des dommages que pourraient causer les vents et la marée de tempête lors d’un ouragan. Les responsables de la sécurité publique disposent des chiffres 72 heures avant qu’un ouragan n’atteigne les terres. Les barèmes de l’échelle sont révisés régulièrement au fur et à mesure que de nouvelles observations sont faites. Les organisations de sécurité publique sont tenues informées des nouvelles estimations du potentiel destructeur de l’ouragan. L’échelle va de 1 à 5.

Effet Venturi : Accélération locale du vent dans certains sites lorsque le vent souffle dans un passage étroit, une vallée, un col, entre deux iles. Dans ces circonstances, le vent mesuré peut atteindre des valeurs nettement plus élévées que sur les surfaces avoisinantes.

Effet Fujiwhara : Phénomène d'attraction et d'influence réciproque entre deux cyclones evoluant a une ditance inférieure à 1500 Km. Les effets peuvent être different selon la force réciproque des deux phénomènes.

El Nino : Phénomène météorologique apparaissant  généralement tous les trois à sept ans et caractérisé par un accroissement de la température de l'ocean Pacifique le long des côtes de l'amérique du sud. Ce phénomène est responsable d'un certain nombre de dérèglements du climat mondial, (fortes pluies en Amérique du sud, sécheresse en Australie et en Indonésie, modification de l'activité cyclonique).

Energie : Le cyclone est une formidable machine thermodynamique, développant une énergie équivalente à cinq fois par seconde celle de la bombe atomique d'Hiroshima.

F:
Force du vent : La force du vent est égale au carré de sa vitesse. A 120 km/h, le vent est quatre fois plus destructeur qu'à 60 km/h. Un vent de 60 km/h exerce une poussée de 360 kg/cm². Il suffit que la vitesse du vent augmente de 5% pour que sa poussée s'accroisse de 44%.

Front : Zone marquant la frontière entre deux masses d'air de nature différente (température, humidité). Le front chaud représente une masse d'air chaud qui tend à recouvrir une masse d'air froid. Le front froid représente le schéma inverse. 

G:
Grain : Augmentation soudaine de la vitesse du vent d’au moins 18 milles à l’heure (28,96 km/h ou 16 noeuds) et atteignant 25 milles à l’heure (40,22 km/h ou 22 noeuds) ou plus pour une durée d’au moins une minute.

H:
Houle de tempête : C'est l'agitation de la mer due aux vents cycloniques. En pleine mer, ces vagues atteignent jusqu'à 30 mètres de haut. Sur la côte, elles déferlent loin à l'intérieur des terres et participent aux inondations.

Hurricanes Hunters : Nom donné dans les années cinquante aux Etats-Unis aux premiers avions de la météorologie nationale américaine, équipée pour aller naviguer à l'intérieur des cyclones. On les appelle aujourd'hui les «Typhoon's Chasers».

I:
Isobare : Notion utilisée sur les cartes météorologiques permettant de relier les points de même pression atmosphérique comme les courbes de niveau sur une carte terrestre.

M:
Marée de tempête : Dôme élevé et puissant des eaux poussées par le vent qui balaient la côte près de l’endroit où l’oeil a atteint les terres. Ce n'est pas un phénomène causé directement par le cyclone. Le cyclone amplifie la marée existante, la chute de pression atmosphérique aspire en quelque sorte la mer et augmente le niveau de celle-ci. Lorsque la pression baisse d'un hecto pascal (hPa), le niveau de la mer s'élève d'un centimètre.

Masse d'air : Zone géographique au sein de laquelle les propriétés physiques de l'air sont relativement homogènes 

Mille : Unité de mesure de distance utilisée principalement dans la marine et l'aviation. Un mille est égal à 1852 mètres.

Millibar : Mesure métrique de la pression atmosphérique.

Modèle numérique : Ensemble d'équations mathémathiques visant a simuler sur ordinateur l'évolution des phénomènes météorologiques afin de réaliser des prévisions

Mur : Le mur du cyclone s'étend sur un rayon de 60 à 200 km autour du centre. C'est l'endroit où les vents atteignent leur vitesse maximum et où les précipitations sont les plus abondantes.

N:
Nébulosité : Fraction du ciel recouverte par les nuages (exprimée en dixièmes).

NHC (National Hurricane Center) : Centre national de surveillance des ouragans basé en Floride, à Coral Gargles, près de Miami (USA).

NOAA (National Oceanographic Atmospherical Administration) : Administration océanique et atmosphérique nationale. C'est la météorologie nationale américaine.

Noeud : Unité de mesure de vitesse utilisée dans la marine et l'aviation. Un noeud est égal à un mille par heure soit 1.852 Km/h.

Nuages: Ensemble de minuscules particules d'eau ou de glace en suspension dans l'atmosphère. Cet ensemble peut également contenir des fumées des poussières ou du sable. Les nuages proviennent de la condensation de la vapeur d'eau contenue dans l'air sous l'effet de la détente subie par certains volumes d'air (au sommet d'une colonne d'air chaud).

O:
Oeil de l’ouragan : La partie la plus interne de la tempête. Cette zone est étonnamment calme, sans vent ou presque. Dans l’oeil, le ciel est souvent dégagé, malgré le fait que les vents et les nuages font toujours rage à la bordure de l’oeil. L’oeil ne se trouve pas toujours au centre de la tempête. Il arrive qu’il tourne ou se déplace dans diverses directions avec la tempête elle même, qui suit sa propre course. La pression atmosphérique y atteint sa valeur minimum, souvent inférieure à 900 hPa. En temps normal, la pression atmosphérique est de 1013 hPa au niveau de la mer.

O.M.M. (Organisation Météorologique Mondiale) : Institution internationale chargée de coordoner et d'harmoniser les activités météorologiques à travers le monde.

Onde tropicale : Un brusque coude dans le courant régulier de l’air au sol dans les tropiques qui forme une ligne de basse pression vehiculant en général des nuages très actifs.

Ouragan : Cyclones d’origine tropicale dont les vents atteignent au moins 118 km à l’heure. En d’autres termes, un ouragan consiste en des vents de tempête puissants évoluant dans un mouvement rotatif autour d’un centre relativement calme appelé «oeil». Ces tempêtes sont connues sous le nom de «typhons» dans l’ouest du Pacifique, «cyclones» dans l’océan Indien et «baguios» dans les Philippines. Chaque tempête dure généralement plusieurs jours.

P:
Paroi de l’oeil : l’anneau d’orages qui entoure l’oeil d’une tempête. Les pluies et les vents les plus forts surviennent habituellement dans la paroi de l’oeil, tout comme la plus grande turbulence.

Pression atmosphérique : C'est le poids de l'air en un endroit précis, mesuré en hecto pascal (hPa) ou en milliBar (mB). Le déplacement des masses d'air se fait toujours des hautes pressions vers les basses pressions. La pression moyenne au niveau de la mer est de 1013 Hpa et diminue de 1 Hpa tous les 8.3 mètres.

R:
RADAR : Equipement radio électrique permettant d'évaluer la distance et la direction d'un objet en mesurant le temps de propagation d'une impulsion électromagnétique emise et refléchie par cet objet. Les radar sont utilisés en météorologie pour cartographier de manière très précise les quantités de précipitation au sein d'un système nuageux. Ils cependant ont une portée assez limitée (300Km) et ne peuvent donc pas couvrir toute la surface du globe.

S:
Satellite : Equipement électronique en orbite autour de la terre utilisé pour faire des observations ou pour servir de relais de telecommunication. Les satellites peuvent être placés sur différents types d'orbites:
1- Les satellites géostationnaires voient toujours la même surface du globe car il sont distants de 36000 Km de l'équateur et tournent donc à la même vitesse que la terre.
2 -Les satellites polaires sont positionnés sur des orbites basses entre 300 et 500 Km et passent par les pôles à chaque révolution.
Les satellites sont tres utilisés en méteorologie afin d'étudier l'évolution des phénomènes atmosphériques en lumière visible et en infrarouge.

Saffir-Simpson (echelle de) : Du nom de deux savants américains du 20ème siècle. Echelle de classification des cyclones en fonction de la vitesse des vents, graduée de 1 à 5. La classe 1 concerne les cyclones dont la vitesse des vents est comprise entre 118 et 153 km/h. A partir de 250 km/h, il s'agit de cyclones de classe 5, dont les rafales peuvent dépasser les 300 km/h.

Saison des ouragans : période de l’année où les ouragans sont relativement fréquents. De Juin à Octobre pour les Antilles.

T:
Tempête tropicale : cyclone avec des vents au sol d’une vitesse soutenue maximale de 63 à 118 k/h.

Trajectoire de l’ouragan : ligne de déplacement (propagation) de l’oeil dans une région donnée. Il est impossible d'affirmer 24 heures à l'avance où passera un cyclone avec une précision inférieure à 100 km. En théorie, les cyclones se déplacent d'Est en Ouest (car ils sont poussés par des alizés, les vents d'Est). Leur trajectoire s'incurve vers le Sud dans l'hémisphère Sud et vers le Nord dans l'hémisphère Nord. Mais les perturbations atmosphériques, les changements de reliefs peuvent modifier leur trajectoire. Ainsi, Hyacinthe (en 1980, sur La Réunion) changea au moins cinq fois de direction.

Typhon : ouragan qui se forme dans le nord de l’océan Pacifique, à l’ouest de la ligne internationale de changement de date.

V:
Vent : mouvement des masses d’air par rapport à la surface terrestre. Il est provoqué par les différences de pression atmosphérique entre deux zones. Le vent souffle des hautes pressions vers les basses pressions. Il est défini par sa direction et sa vitesse horizontale exprimée en kilomètres/heure, en mètres/seconde ou en noeuds suivant les pays.
La mesure de la vitesse peut être exprimée sous la forme d'une moyenne soutenue pendant un certain temps ou sous la forme instantanée maximale (rafale).

Z:
Z.I.C. (Zone Intertropicale de Convergence) :  Dans l'hémisphère nord les alizés soufflent au niveau du tropique avec une composante nord est. Dans l'hémisphère sud les alizés soufflent du sud est. La ZIC est une zone mouvante entre les deux différents systèmes d'alizés où ils se rejoignent pour converger. Cette zone oscille entre le 5° sud et le 15° nord suivant les saisons, elle est souvent associée à un temps nuageux et perturbé. La ZIC voit naitre bon nombre de dépressions tropicales dont certains cyclones.